L'Héritière du Haut Conseil

> > > L'Héritière du Haut Conseil
Chapitre 1 - Le Sauvetage

Le Scribouilleur ressentit la déchirure du Keratodematoviandoculaire, il ne connaissait que trop bien cette sensation pour l'avoir maintes fois vécu, beaucoup trop de fois à son gout.

Et depuis ces derniers temps il arpentait le sol du Désert Noir, recherchant les Néfaliens qui se serait transmutater par adnogénose mais surtout il avait à coeur de trouver ce qui représentait une majorité des cas les Kzus.

Il ressentit cette déchirure et en se concentrant sur elle finis par en déterminer l'origine, le Nord de ce monde.

Mais l'énergie se déplaçait et plutôt à vive allure vers le sud, et d'aprés lui, il avait une chance de l'intercepter vers le petit village de Glish. Il se mit donc en route, préparant avec soin son paquetage afin de rien n'oublier.

Il vérifia une dernière fois le livre des Efrits Rouges et le codage du coffre, puis il donna ces derniers ordres à Monsieur Propre son magicien gobelin qu'il avait recruter afin de tenir la grotte dans un état à peu pret convenable pour les prochains Kzunien qui passerait par là.

Enfin après un dernier regard emplis de lassitude sur l'Océan et les falaise de Vélia, il partie au triple galop sans regarder en arrière.

FenleVent galopait à toute vitesse et mena le Scribouilleur à bon port en fin de journée.

Le Scribouilleur connaissait bien les lieux et avait déjà repérer un endroit ou il serait en sécurité si les choses devaient tourner mal et l'obligeaient à se cacher le temps que l'orage passe, il savait que les choses simple pouvaient vite se compliquer et que vu l'énergie qui émanait de la chose et qui surtout se déplaçait  vers Glish, rien n'allait être simple.

Et il ne s'était pas trompé, les choses avaient dégénérées et bien au-delà de ses prévisions les plus folles !!

Aujourd'hui 10 ans s'était écoulé, et il était temps, depuis 2 ans déjà elle cherchait à chaque fois que cela lui était possible de s'enfuir.
Non pas qu'elle cherchait à fuir le Scribouilleur mais elle ressentait l'appel du pouvoir, et avait une envie grandissante de découvrir le monde, de plus elle avait, et le Scribouilleur n'arrivait pas encore à se l'explique, su garder les connaissances liées à son patrimoine Néfalienne. Et dans peu de temps, elle apprendrait à usé de son énergie et sans guide, elle deviendrait une vraie calamité pour se monde.

Assis en face du foyer, il regarder sa jeune amie, qui lui rendait son regard avec un sourire emplie de malice. Elle avait le même regard que sa mère mais son visage était légèrement modifié à cause du voyage à travers le viandoculare. mais Il s'avait de qui elle était l'enfant et cela l'obligeait à en tenir compte à chaque instant de son éducation.

- " Père , ... marquant un temps d'arrêt, la petite se rendis compte que depuis quelques temps les choses avaient changé et se donner un aire plus sérieux elle reprit ... Kromagh, se matin j'ai maîtrisée un autre élément, je peux contrôler la terre mais je n'arrive pas encore à la projeter "

Elle allait posé l'autre question, celle dont le Scribouilleur évitait ou repoussait à chaque fois, il le savait, il lisait dans son regard comme dans un livre, il avait finis par s'attacher à l'enfant mais il ne pourrait plus la garder bien longtemps cacher au regard du monde et des prêtes.

- " Petite, écoute je sais ce que tu vas me demander. Alors écoute demain dés l'aube j'irais au village et je laisserais des messages aux nôtres, peut-être que certains finiront par tomber dessus, 10 ans que tu es ici, il doit bien y avoir des Kzu qui sont apparus sur se monde "

-" Maintenant finis ton repas et renforçons la barrière magique afin de protéger se lieux des regards indiscret."

La soirée se finis par un cours sur les connaissances de Nefast-City, un cours sur l'abrégé militaire des tactiques de la cavalerie monté de Calphéon et un petit aperçus des ressources alchimiques du désert noir.

Le lendemain, le scribouilleur tiens sa parole, il se rendit au village et donna une missive au conducteur des chariot de fret leur demandant de poser ce parchemin sur chaque auberge qu'il croiserait au cours de leur voyage et particulièrement dans les villes de Calphéons, d'Heidel et de Vélia.
Toi qui regarde ce message, ne le lis pas avec tes yeux 
mais laisse ton coeur parcourir chacun des  mots qui composent ce message.
Tu sais au fond de toi que rien de ce monde ne t'appartiens car ta maison n'est point ici !
Mais tu parcours se monde, foulant son sol avec toute la rage d'un étranger venus d'ailleurs.
toi lis ces mot sache que tu n'es pas seul et que tu dois répondre à cet appel.

N'as tu pas oublier ce que cachait l'isocèle en son sommet,
Te rappels tu que sa base doit être solide 
s'appuyant sur le savoir d'Heildel 
et de celle des Portes de la garde Ouest
Te souviens tu de ta pythagorienne dont l'angle le plus droit se trouve à Glish
reliant le sommet de l’isocèle à Heidel
Souviens toi de cela Néfalien, car j'y suis et je t'attends 
"


Le Scribe 


Le message fut envoyer, les Nefast répondront-ils ??
Chapitre 2A la recherche de l’enfant

Le Scribouilleur avait prévus l’arrivé des aventuriers, du moins ceux qui allez être sensible au message cognitosubliminique mis entre les lignes du message qu’il avait fait porter par les commerçants vers toutes les auberges du pays.

Ceux qui liront ce message auraient, des flashs mémoriel provoquaient par de subtiles caractères spéciaux glissés dans le texte et par la synthaxe utilisée. Ce principe avait été développé par un ingénieur Néfalien afin de faire passer des notes entre collègues sans que la sécurité ne soit alertée. Ce procédé fut repris par l’armée dés qu’il fut découvert.
Quoiqu’il en soit c’était malgré tout très pratique.Depuis quelques jours, les aventuriers en tout genre suites à leur passage à l'Auberge de Calphéon ou ils étaient tombés sur un vieux parchemin avec un message particulièrement étrange, ressentaient une sensation étrange au fond des tripes, comme une brûlure qui palpite par à coup.
Bien que certains, plutôt porté sur la boustifaille et la Bière d'Orge Calphéonnienne, pensaient avoir un peu trop abusé de la poularde du maître Coq du quartier marchand et avoir choppé une bonne chiasse Antilovienne .... Cette brûlure à l'estomac restait persistante malgré les nombreux passages aux latrines pour les plus coquets ou les buissons pour les plus purs et durs d’entre eux.
Mais étrangement elle devenait moins ardentes et les fièvres se faisaient moins virulentes lorsqu'ils se rapprochaient de Serendia ..

Ils prirent donc la décésion de rendre à Heidel en espérant y trouver quelqu'un qui pourra leur expliquer cette bizarrerie .
Drugsbee : (femme, sorcière)

elle fit le voyage et c'est bien sûr de nuit qu’elle arriva aux portes d'Heidel, un voyage pas si long, mais aussi dur que milles lieux.
Bien heureusement cette lune rouge qui l’angoissée et lui donnée, à la fois un élan de force et de volonté malgré cette chiasse indescriptible

- " Que Méphistophélès maudisse toute la famille de celui qui nous a empoisonné !! " criais-je entre deux gargouillis d'estomac caché des talus d’herbe hautes.

A son goût la ville sentait le sang à plein nez, et humant l'air humide de la nuit elle se mis à chercher tout d'abord une taverne.
elle aimait particulièrement passer en premier dans les tavernes surtout celle des bas fond, c’est auberge miteuse ravivait en elle un souvenir qu’elle ne savait expliquer comme un souvenir inscrit au plus profond de son être, un sentiment d’avoir un jour était Maîtresse de maison de tels établissement.
Et puis on y rencontre toute sorte de gens, et au bout d'une nuit on finit généralement par être au courant des ragots de la ville, suffisamment pour s'imprégner dans un premier temps des mœurs de celle-ci. La faim le tiraillait depuis quelques heures, et il aurait bien désiré un peu de sang mais sentant que la tache allait être ardu, il attendit avant de se nourrir.
Il se posait d’ailleurs milles questions, toutes encore sans réponse et le pourquoi de sa venue en ces lieux, et c’est en sirotant une boisson locale qu’il laissa aller ses pensées.

Baraobak : (homme, Beserker)

avait lui aussi entrepris le voyage vers Heidel, poussait par les même impératifs que les autres compagnon d’infortune qui avait posé les yeux sur le message du Scribe.

Assis sur la selle de son destrier, en face des portes Nord d’Heild il se laissa allez à une méditation passagère sur son périple :

- «  La route fut longue mais fructueuse. Olvia et Velia furent finalement de douces escales charmantes ; mais aussi intéressantes de par leurs ressources et leur étales. Ma besace était pleine de bric à brac et j'allais pouvoir enfin m'accorder du temps pour essayer d'en faire quelque chose. »

Ne se rendant pas compte qu’il baragouinait ses propres pensées à haute voie

- « Heidel est belle bien que trop peuplée à mon goût. »

il sentait le regard des gens curieux se poser sur lui et cela le mettait mal à l’aise. D’un pas décidait mais pataud, il avança rapidement en baissant la tête n’ayant qu’une idée, trouver un endroit où se poser et dans lequel il pourrait surtout étancher sa soif et satisfaire son estomac qui grognait.
Après quelques postes de garde, il trouva enfin son bonheur : une taverne. Il y entra alors sans hésiter.

Loridiana : (femme, Lame sombre)

N’était pas du genre à s’éteindre en conjoncture et encore moins en parole, pour elle il fallait rapidement en finir et les grandes discussion n’était pas pour elle.

Cependant, elle avait cette finisse d’esprit de résumer en une phrase ce que d’autre palabrer en au moins 2 heures.

Là debout en face des portes Est d’Heidel, elle observait s’éloignait la diligence qui l’avait mené ici, son périple avait compliqué pour venir jusqu’ici et elle espérait que cela en vaudrait la peine.

- « Enfin cette fameuse ville d'Heidel, que le chemin fut laborieux, allez pas de tend à perdre direction l’auberge. J’ai besoin de dormir mais avant ça un bon repas et quelques rafraîchissements devrait me faire du bien aussi. »


L’auberge du Crapaud doré

Par le biais des circonstances, nos trois protagoniste se retrouvèrent tous, dans la même auberge ‘ Le crapaud Doré ’

Par instinct, ils y entrèrent décidé mais prudent, jetant un regard circulaire à la pièce ou était rassemblé tout les ivrognes et voyageurs de coup, repérant les ennuis et prêt à en découdre si les choses virer à la baston.

Assis, dos au mur et dans un endroit de la pièce qui leur laisserait le temps de réagir, ils allèrent la serveuse et patienta patiemment jusqu’à sa venue.
La donzelle, était mignonne, une petite brune rondelette, les cheveux attaché en arrière à la mode d’Heidel. Elle se dirigea vers chaque nouveaux voyageurs qui s’attablaient et leur poser invariablement la même question

- « Ces Méssieux Dames y veulent quoi, à boire, à manger les deux ?? »

et à chaque demande sur le menus de l’auberge :

-  « Spécialité de la maison : Soupe de poisson frit frais péché ce matin prés des entrepôts et Poularde rôti à la façon d’Heidel recette du chef, et pour le boire y a de la Bière brune à base de Blè , Si ces Méssieux Dames veulent bien choisir !! »

  • Barobak, se décida sur un Poulet rôti et se dit qu’une bière serait la bien venus
  • Loridiana, choisit la soupe de poisson et pris 2 bières pour accompagner le tout
  • Drugsbee, se contenta d’une bière

 La serveuse revint quelques minute plus tard, avec leur plat puis repartit chercher les boissons, elle remit à la femme assis dans le coin de la pièce ces deux bières, à l’autre elle lui remis sa boisson et finit par en apporter une au grand baraqué.

À chaque fois elle se pencha vers la personne et à chacune d’entre elle livra la même phrase :

-  « La bière est offert par le vieux Scribe, ce soir c’est sa tournée !! »

Pour les autres qui levèrent leur pinte à la santé du vieux scribe et qui se disait encore un qui fait sa promotion pour son dernier ramassis de poèmes à la con pour jouvencelle. Mais pour nos trois aventurier cela avait un sens bien différent.

Question à l’aubergiste par Baroback

Baroback, loridiana et Drugsbee leva leur chopine comme les autre en se lançant tour à tour un regard lourd de sens.
Enfin lorsqu’ils eurent finis leur repas, Barobak se leva en premier et alla voir l’Aubergiste afin de payer la note et avec l’intention de lui glisser quelques questions :

 - «  Messir l’Aubergiste, ce repas fut l’un des meilleurs que j’ai pris depuis longtemps »

Pour un Beserker un tel compliment suffisait à régler n’importe quelles notes mais Baroback avait d’autre principes et ajouta :

-  « Combien vous dois-je pour le poulet et la bière ? »

L’aubergiste marqua un temps d’arrêt, il n’avait pas envie de déplaire et ne savait pas que répliquer à une telle formulation venant d’un Berserk.

- « D’habitude, vous autres dites seulement ‘Combien ?’, mais ça fera 20 PA pour le tout »

Baroback farfouilla ses poches et posa sur la table 20 Pa et une pièce d’or en disant :

- « Voilà vos 20 PA et une pièce d’Or si vous répondez à deux ou trois questions »
-  « dites toujours, mais je sais pas grands choses sortie de mon auberge »
- « La bière de la part du vieux scribe qui vous l’a remis ?? »

L’aubergiste fut surpris de la question et commença à paniquer, le Berserk cherchait-il la bagarre ?

- « Heu comment dire, vous posez toujours des questions ou la réponse s’y trouve …. petite pause et après une inspiration rapide …. la bière c’est le vieux scribe qui me l’a remis  … jetant un coup d’œil à droite puis à gauche … j’ai la pièce d’or ?? »

Baroback se rendit compte de sa question et repris :

- « Non, j’ai bien compris que c’était le vieux Scribe, je suis pas si idiot … il avait dit cela avec un léger rictus d’agacement que l’aubergiste avait aussi remarqué …. ce que je veux dire le vieux scribe, qui c’est, est-ce que vous le connaissez ?? »

- « Pas vraiment, c’est un vieux qui passe de temps en temps quand il vient faire ses affaires en ville, il s’arrête toujours ici …..
La semaine dernière il est passé et m’a proposé un marché, il voulait que je distribue de la bière à tous les voyageurs qui passeraient dans mon auberge à la place de ma bière habituel
Pas de risque, qu’il m’a dit, je te laisse les barriques, toi tu le donnes juste aux voyageurs et tu leur dis que c’est de la part du vieux scribe
alors moi j’ai sentie le coup juteux, de la bière d’orge gratuite à vendre ..
c’est tout bénéf que je me suis dis et ça risque rien de dire que c’est de sa part !! »

- « Il n’a rien dis d’autre, aux sujets de voyageurs qui voudrait en savoir un peu plus, comme le retrouver par exemple ? » … baroback avait dis cela en faisant tourner la pièce d’or sur le comptoir.

L’aubergiste tout en se demandant comment une main comme celle là pouvait avoir des doigts aussi agile, répondit :

- « Il a rajouter deux choses avant de partir : la première, si des voyageurs te questionne sur la bière envoie les voir Jemkas Wyrmsbane le chef de la mine au nord, le nain aura les réponses et … marquant une pause et s’essuyant le froid … la deuxième : Si tu penses me rouler, sache que je le saurais, et tu finiras dans les barriques que je t’ai laissé. »

Baroback eu un petit sourire, il regarda l’aubergiste avec les yeux brûlant d’une intensité toute nouvelle en lâchant :

- « Si tu m’as roulé, aucunes barriques ne te protégera Aubergiste …. ça c’est pour les deux la-bas et quelques provisions que tu feras mettre sur de mon destrier !! »

il laissa tomber une autre pièce d’or sur le comptoir et une liste sur un morceau de parchemin.
Puis il se retourna, regarda tour à tour les deux autres voyageurs en leur faisant un signe de tête en direction de la sortie et partie en direction de la mine du nord.
Sur la route il fut rejoins par les deux femmes, ils échangèrent quelques paroles, mais surtout Baroback qui ne les connaissait pourtant pas leur donna les infos qu’ils avaient eu de la part de l’aubergiste.

 Echange de bon procédé à la mine du nord

Pour allez à la mine du nord, ils avait du traversé la grand rue commerçante d’Heidel, passer par la foret du roi et bifurquez vers Velia avant de tomber sur le campement des mineurs.
Retrouver le chef de la mine ne fut pas compliquer, du moins se fut plus simple qu’il ne l’aurait cru, il avait bien faillit se perdre à un moment donné mais la chance était avec eux.Baroback se lança le premier :

- «  Bonjour Maître nain, je me présente Baroback, je viens à vous avec une question simple connaissez vous le vieux scribe et vous a-t-il laissé quelque chose pour nous ? »

Le Maître nain les regarda, détaillant chacun d’eux comme si il les évaluait. Puis répondit à grand baraquer :

- « La première réponse est OUI, pour le reste qu’est-ce qui vous mène à Heidel et particulièrement à moi par la même occasion ? »

- « Maître nain, j’ai mes raisons et c’est l’aubergiste qui me mêne à vous ! »

- « Cela ne réponds pas à ma question la plus importante : qu’est-ce qui pourrait bien mener un gros costaud et deux donzelles à chercher le Scribe ? »

Sentant que cela allez s’éternisé, Loridiana lâcha : «  Mais il va nous répondre le nain !! », suivie aussitôt de la réplique menaçante de Drugsbee :

- « Écoutes tu nous réponds ou je me charge de te faire parler sous la torture si il le faut ! »

Baroback resta sur l’expectative, Loridiana ne dis rien tant qu’a Drugsbee elle était fière de sa réplique et prêt à passer à l’acte si il le fallait.
Le nain resta de marbre à la provocation, levant juste les yeux au ciel il lâcha :

- « Mais c’est qu’elle mordrait la sauvageonne, et que comptes tu me faire au juste, t’as pas vue que vous êtes entourés des gardes d’Heidel et que j’ai mes hommes pas loin …. laissant partir un rire guttural et se tapotant sur le ventre …. ha par les dieux, il m’avait prévenue de vos caractères coléreux mais là franchement vouloir torturé celui qui doit vous remettre ceci .. leur montrant un parchemin …. c’est hilarant !! »

Drugsbee fut surpris de sa réponse, elle ne faisait pas peur au nain et cela la perturba un peu, et regardant autour d’elle, elle finit par dire :

- « soit, je vais me retenir de te passer à la leçon, mais tu perds rien pour attendre et peut-on avoir ce parchemin ? »

- « Mais bien sur petite, quand tu veux, je te sortirais mon gros pieux et te filerais des coups de pioche, j’en ai maté des plus coriaces, mais tiens le voila ton parchemin et mes présentés mes amitiés au vieux fou »

A la rencontre du Scribouilleur

Les trois nouveaux amis, se retirèrent un peu plus loin au calme et déroula le parchemin.

- «  Un morceau de carte, un putain de morceau de carte, mais il nous prend pour des chasseurs de trésors ce vieux fou ? »   lâcha baroback en se rappelant les phrases du message qu’il avait lu à l’auberge d’Olvia.
.

" N'as tu pas oublier ce que cachait l'isocèle en son sommet,
Te rappels tu que sa base doit être solide 
s'appuyant sur le savoir d'Heildel 
et de celle des Portes de la garde Ouest
Te souviens tu de ta pythagorienne dont l'angle le plus droit se trouve à Glish
reliant le sommet de l’isocèle à Heidel
Souviens toi de cela Néfalien, car j'y suis et je t'attends "
 
.

Il sortie de sa besace une règle et un petit bâton de charbon taillé en biseau et commença à faire des tracés sur la carte.
Ces deux compagnons le regarder faire en ne comprenant pas tout ce qu’il faisait.Baroback finis par dire :

- «  si je ne me suis pas trompé c’est ici que nous devons nous rendre, un peu en bas de la ferme du vieux Lynch au niveau du pont ou se sépare le fleuve en deux, il doit y avoir une grotte part là et on trouvera celui qui nous pourris la vie depuis quelques jours »

Drugsbee rajouta «  Et il a intérêt à avoir des réponses ou je lui fait pisser sa bière »

il redescendirent chercher leurs montures et partirent à la recherche de la grotte, qu’ils trouvèrent enfin après une bonne heure de recherche.
Un homme en tenue de paysan les attendant tranquillement assis au prés d’un feu, la grotte était immense et pouvait accueillir sans nul doute une garnison entière, le vieille homme était peut-être givré mais avait un sens aiguë pour de ce qui était des endroit cachés et bien placé.

Lorsque les chevaux fut tranquille dans ce qui semblait être l’étable, l’homme les fit venir dans une dépense de la grotte qui s’étirait dans les ténèbres du sous sol.

- «  Bonjour compagnon, je suis le Scribouilleur le raconteur de nos aventures, j’ai fait appel à vous, je le sais par de bien étrange façon mais j’avais mes raisons. »

Le scribe leur raconta son aventure avec le sauvetage de l’enfant, de ces dix dernières années à s’occupait de la petite et à son désir grandissant de découvrir le monde.

De la menace qui pesait aussi sur elle, car elle avait à ces trousses la lie du clergé d’Elion : Les Répurgateurs, chevalier et exterminateur de l’ordre.

Il leur donna enfin la position de la grotte aux araignées, l’endroit était bien placé et permettait d’éloigné les curieux et former naturellement un rempart qui protégeait la petite.

Chacun d’entre eux à leur tour lui posa des questions sur tout ça et plus il leur donnait de réponse plus cela semblait se compliquer.

- « Je compte sur vous pour la protéger, j’ai moi a faire à l’autre bout du pays afin de vérifier une chose que j’aurais du faire depuis 10 ans déjà, allez la chercher et protéger là jusqu’à notre prochaine rencontre. Que les Néférides vous gardent !! »

Sur ces derniers mots, le scribe partie mettant son espoir sur ces compagnons et sur la réussite de leur mission.

Après une autre série de cache cache avec la nature, ils trouvèrent la grotte et au fond de celle-ci, assis dans une clairière l’enfant.

Aprés avoir pris connaissance des unes et des autres, ils décidèrent de se rendre à Gish pour y passer la nuit dans l’auberge !!
Résa
Résa
Résa

Lien vers le message

Utilisez les codes suivant pour partager le message sur un forum ou un site.